Queaux entre en contact avec l’au-delà
160 personnes sont venues rencontrer la médium Florence Hubert avec l’espoir qu’elle leur passe un message d’un défunt. Troublante expérience.

Il y a des jeunes, des anciens, des hommes endimanchés, des femmes à bijoux bling bling, des looks improbables sortis d’un groupe de hard rock, des villageois venus en voisins, des citadins venus de loin. Il y a des gens, tout simplement. Sensibilisés à la médiumnie ou néophytes, venus samedi pour une soirée pas comme les autres dans la salle des fêtes de Queaux. Une séance de médiumnie publique à l’initiative de l’association du château de Fougeret voisin.

“ Ce n’est pas un don, un médium est quelqu’un de normal ”

Sur l’estrade, Florence Hubert raconte son expérience de mort imminente, et comment le guide qu’elle a rencontré lors de ce passage dans ce qu’on nomme l’au-delà lui a révélé son « chemin de vie ». « Ce n’est pas un don, ni une mission. Un médium est quelqu’un de normal avec des capacités à communiquer avec les “ entités ”. » On peut aussi les appeler esprits, défunts, ces morts qui envoient des signes, des vibrations, par l’intermédiaire des messagers que sont les médiums. « Les entités ne reposent pas en paix. Elles nous aident, pour l’énergie… Pas pour les chiffres du loto ! » Florence Hubert n’a rien d’extravagant, pas d’yeux révulsés, pas de gestes pleins d’emphase. Quelqu’un de normal qui annonce la couleur. « On ne peut pas tout faire, je n’ai jamais vu de plante voler, mais j’en ai vu tourner sur elles-mêmes. Quand une entité se présente à moi, tout va vite, ce n’est pas une discussion autour d’un café. Je n’ai pas la science infuse. Je suis comme Bernadette Soubirou, je suis là pour vous dire, pas pour vous faire croire. »
Et hier soir à Queaux, ça a été vite aussi. Chacun a amené une photo d’un défunt. Florence Hubert invite l’assemblée à décroiser les pieds et les bras, à éteindre son portable pendant la séance, à ne pas sortir de la salle. La médium prend une photo. Ici le merci tardif d’une mère autoritaire à sa fille. Une grand-mère fait dire que « le dur passage s’est bien passé ». Un jeune homme, tué dans un accident de voiture, vient rappeler à sa « douce maman » qu’il l’aime et que le « clac clac » que sa sœur entend, c’est lui. « Madame, vous avez un très beau garçon, légèrement charmeur, habillé tout en blanc… »
Les photos se succèdent. Florence Hubert transmet simplement les messages qu’elle reçoit. Des signes de l’au-delà reçus un samedi soir sur terre.

Florence Hubert a travaillé avec le journaliste Stéphane Allix, qui a réalisé les documentaires “ Enquêtes extraordinaires ” sur M6. Elle se consacre surtout au « nettoyage » de maisons dites hantées. Avant sa conférence, elle est allée « écouter » le château de Fougeret. Sa propriétaire, Véronique Geoffroy, a créé l’association « Fougeret, le château encHanté ». L’association veut réunir des compétences afin de partager des témoignages, des expériences dites paranormales.



Article publié sur Centre Presse le 17 avril 2011

http://www.centre-presse.fr/


Florence Hubert - Tous droits réservés.
Webdesign : Sébastien Lilli