Besoin de Savoir a rencontré Florence Hubert, interview :
Ames errantes, âmes en peine, âmes perdues... De tout temps des faits relatent les manifestations de fantômes restés attachés à la terre, leur terre.

Malheur à ceux qui viendront troubler leur tranquillité, ces spectres ne tarderont pas à dévoiler leurs "états d'âme". L'intrus sera le témoin d'évènements inexplicables.

Il verra les portes ou les fenêtres de sa maison s'ouvrir de manière intempestive, il entendra des voix murmurer, il sentira d'étranges présences... De rares praticiens en France ont la faculté de pouvoir enrayer les phénomènes ''dits'' de hantise, Florence Hubert fait partie de ceux-là. Considérée comme l'un des plus grands médiums de sa génération, son parcours est atypique... Issue d'une famille de scientifiques, rien ne la prédisposait à franchir la frontière du surnaturel. Et puis un jour, Florence Hubert échappe de peu à l'inéluctable. Elle reviendra grandie de son Expérience de Mort Imminente.

Un public toujours plus nombreux assiste aux conférences que vous animez aux quatre coins de l'hexagone, les médias s'intéressent à vos expériences. Pour preuve, votre intervention récente dans ''La Grande Soirée du Paranormal'' sur Direct 8. Que se passe t-il ? La question de la survivance de l'âme après la mort ne serait plus tabou aujourd'hui ?

De moins en moins ! Les mentalités autour de cette question sont effectivement en train d'évoluer mais ce qui est encore pour une grande majorité de nos contemporains une probabilité, sera je crois, une réalité pour les enfants de nos enfants.

Les temps changent, Tant mieux !

Pour vous, tout a commencé dans l'enfance...

Dans un milieu cartésien, peu enclin à l'époque à accepter certains phénomènes irrationnels. Les rares fois où petite fille, j'ai évoqué mes perceptions avec mes parents, pharmacien de profession, on m'a vite fait comprendre que tout cela n'était qu'ineptie ! A leurs yeux, j'étais juste un peu perturbée... Les années ont passé, j'ai essayé de fuir ces idées et puis à l'âge de 13 ans, j'ai du me rendre à l'évidence.

C'est la disparition de ma grand-mère paternel qui m'a permis de prendre conscience de mes perceptions et de l'existence d'une vie après la mort. Après son inhumation, je suis partie rejoindre mon grand-père à Paris. Je dois vous avouer que j'étais une vraie chipie à cet âge et aujourd'hui encore, je ne suis vraiment pas fière de ce que j'ai fait ce jour là ! Mon grand-père, contraint de s'absenter m'a laissé seule dans l'appartement. Peu de temps après son départ, je suis entrée dans sa chambre. Il y avait une valise à proximité de son lit, je l'ai ouverte et commencé à fouiller , à l'intérieur, des papiers personnels, des bijoux, des lunettes ayant appartenu à ma grand-mère...

A 13 ans, on ne réfléchit pas beaucoup ! J'ai essayé les bijoux, la paire de lunettes , jusqu'à ce que je tombe sur son journal intime. Un profond sentiment de mal être m' a alors envahi, en fait je ne me sentait vraiment pas bien, j'ai voulu sortir, la clenche de la porte tournait dans le vide... Au bout de quelques secondes, j'ai finalement réussi à partir de la pièce. Je me suis réfugiée dans une autre chambre, blottie dans le lit avec un drap sur la tête mais malgré cela, je sentais que l'on m'effleurait le visage. Celà a duré une vingtaine de minutes, j'ai eu la peur de ma vie.

Quand mon grand-père a fait tourner la clef de la serrure de la porte d'entrée, tout s'est arrêté. Maintenant, avec du recul, je sais que ma grand-mère était présente.

Aujourd'hui, ces phénomènes, vous les acceptez, vous les contrôlez, vous les dissipez lors de vos interventions dans des lieux présumés hantés. Vous pratiquez le ''nettoyage'' des maisons, de quoi s'agit-il ? Il faut bien distinguer les phénomènes de hantise à ce que l'on appelle communément la mémoire des murs. Dans ce cas précis il n' y a pas forcément d'entités à l'intérieur des lieux mais des ondes rémanentes, c'est totalement différent.

Prenons un exemple concret, le cas d'une maison qui a été témoin d'un meurtre. A l'époque des faits, les murs ont absorbé les énergies inhérentes au drame. Au vu du contexte, vous comprenez à quel point ces ondes étaient négatives. Elles vont donc s'installer, se fixer sur les murs au fil des années, au fil des siècles et rendre la maison malsaine. Bien souvent, elles vont totalement perturber le bien-être des résidents.

J'ai pris l'exemple d'une maison marquée par un meurtre mais de violentes disputes peuvent aussi provoquer ce type de phénomènes... En ce qui concerne les maisons hantées ou « actives », nous sommes confrontés à des « bulles », autrement dit, des entités qui restent locataires des lieux parce qu'elles ne veulent pas admettre leur propre mort. Ces entités vivent comme dans un mauvais rêve et se complaisent dans la brume qui les sépare de la lumière, sans doute parce que leur vie sur terre était principalement tournée vers le monde matériel. Elles préfèrent rester.

En tant que médium, mon rôle est de les aider à accéder au plan vibratoire sur lequel elles doivent être. Comment procédez-vous ?

Dans un premier temps, j'invite les gens concernés par un éventuel phénomène de hantise à faire appel à un radiesthésiste ou à un géobiologue. De simples courants telluriques peuvent être à l'origine de manifestations qui n'ont rien à voir avec le surnaturel, mieux vaut s'en assurer ! Si le constat de ces praticiens s'avère négatif, j'accepte alors d'intervenir.

Je travaille souvent en binôme avec un autre médium. Lors de nos interventions, on entame un vrai dialogue avec ces entités, surprises d'entendre qu'elles ne sont pas à leur place. Il faut bien comprendre qu'elles ne nous voient pas tels que nous sommes réellement. Elles perçoivent une lumière mais pas notre reflet physique à proprement dit. Elles vont s'approcher de nous puis entrer en connexion. On se présente. La communication devient alors possible. Certaines bulles acceptent facilement le contact, d'autres se sentent dérangées dans leur espace et il faut parfois du temps pour réussir à les convaincre de rejoindre leur destination.

Quand je travaille, je souffle beaucoup, après tout, le souffle c'est la vie. Les âmes que nous côtoyons ne soufflent pas... Il suffit parfois de leur montrer l'influence du souffle sur un objet inanimé pour qu'elles réalisent que le monde terrestre n'est plus le leur. Ajoutons que d'autres âmes défuntes viennent également participer à nos conversations, souvent d'anciens membres de leur famille. Leur aide peut s'avérer précieuse.

Déranger une âme errante, c'est prendre le risque de s'exposer à sa colère ?

Oui et elle peut parfois l' exprimer avec une véritable violence physique. Il n'y a pas longtemps à Bordeaux, j'ai reçu une gifle comme quoi ils ne sont pas toujours aimables ! Je n'ai rien vu venir, le coup a été brutal, j'ai gardé pendant quelques minutes les marques de la main de l'entité sur mon visage. J'ai ensuite compris qu'elle ne tenait pas à parler à une femme. Il m'arrive aussi d'être régulièrement poussée ou de me retrouver au sol.

Ce n'est vraiment pas un jeu, le danger existe.

Ces âmes errantes se trouvent-elles toujours dans le lieu qui a marqué leur existence terrestre ?

C'est pratiquement toujours le cas, d'ailleurs je demande aux gens qui font appel à moi de faire une petite enquête en relevant des informations sur les personnes ou les éventuels évènements ayant marqué le lieu. A l'issu de mes interventions, nous confrontons les informations et il y a souvent des choses qui sont vérifiables, des noms, des prénoms, la profession des âmes en question...

Le cas d'entités étant amenés à s'installer dans des lieux ne correspondant pas à leur vie initiale est selon moi beaucoup plus rare mais on peut tout de même le constater à certains endroits. Je l'ai déjà observé dans une demeure angevine en ruines qui appartient à la municipalité et qui se trouve non loin de la maison de ma fille. Quoi qu'il en soit, les phénomènes de hantise peuvent survenir partout, dans tous types de biens, dans toutes régions... Mais un conseil ne provoquez jamais de contacts avec ces âmes errantes par le biais d'une planchette Oui-Ja ou de tout autre procédé que vous ne maîtriseriez pas...

La médiumnité ne s'improvise pas.


Interview réalisée par E.Delarue (BDS & 15/6/Média-Mars 2008-© Besoin de Savoir)

www.besoindesavoir.com


Florence Hubert - Tous droits réservés.
Webdesign : Sébastien Lilli